Proche de la fin

vendredi 26 février 2010 13:40

Bonjour, Je reviens de mon dernier camp d'altitude car hélas, ça sent la fin. On ferme le conteneur le 28 et d'ici là, il faut tout ranger: vaste travail en perspective. Même trajet qu'à l'aller avec une réception à l'ambassade de France au Chili, à Santiago. Bien sûr, nos travaux seront à l'honneur mais aussi l'intervention des armées française et chilienne pour les héliportages. Qui a fait le mieux?

Ce dernier camp s'est déroulé sous une météo acceptable malgrè une montée sous la pluie. Ma mission première était de m'occuper des géologues chiliens. En effet, depuis début février, ils font des prélèvements de roches pour compléter l'ébauche de carte géologique que possède le Chili. Ils ont peiné sous la charge et ont eu du mal à se réchauffer. Ceci dit, on a pu les initier à la spéléo dans de jolis puits avec toutes les précautions d'usage. Je ne sais pas s'ils referont de la spéléo un jour car au Chili, il n'y a que sur Madre de Dios qu'il y a du calcaire.

En ce qui concerne l'explo pure, j'ai eu la chance de découvrir et de descendre un puits de 100 m en première et c'est bien agréable. Quel bonheur de descendre dans cet énorme vide où plus on descend plus la présence de l'eau oblige à faire des pendules pour s'en écarter. Planter les spits n'est pas toujours facile car, suspendu à la corde, il faut s'accrocher à une aspérité avec un crochet goutte d'eau pour maintenir la position.

Télécharger la photo

Quand l'amarrage est mis c'est reparti mais hélas une nouvelle cascade oblige à dévier la trajectoire de la corde ou à remettre un nouvel amarrage. Et c'est ainsi que la progression se fait vers le fond qui hélas était comblé par les blocs. Mais à la descente, j'avais remarqué qu'une partie de l'eau partait dans un puits parallèle. Remontée puis nouvelle descente d'un joli P 50 qui est lui aussi comblé à - 120 m .

Télécharger la photo

De toute façon, j'aurai déjà dû arrêter l'explo depuis longtemps car la météo était instable au départ et les copains s'inquiétaient déjà en surface après les longues heures passées à l'équipement. De plus il s'est remis à pleuvoir et je sors trempé, bien évidemment. Effectivement, la descente d'un tel puits nécessiterait des moyens de communication avec l'extérieur pour être plus serein... Toujours est-il que ce puits était grandiose et envoûtant....C'est ça la spéléo ..... Merci à Geneviève de m'informer que je suis devenu une célébrité .....amiènoise.

A bientôt, bises José Il paraît qu'à Santiago il fait 30°C. Je ne sais pas si on va pouvoir s'y faire.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blogs.ac-amiens.fr/generalistes/gen_cavitessouterraines/index.php?trackback/193

Fil des commentaires de ce billet