En pleine activité sur Madre Dios

Bonjour

Me voilà revenu d'un long périple dans la montagne que je vais vous relater en quelques lignes.

Télécharger la photo

Parti du camp de base le 30 Janvier en hélico jusqu'au camp 4, qui avait été positionné sur photo aérienne, on a été largué à 2 avec 260 kg de matériel sur un lapiaz d'altitude très pentu....La deuxième rotation d'hélico qui devait amener le chef d'expédition et trois autres spéléos n'a pu se faire pour cause de problème technique et de météo qui commençait à se dégrader.

Télécharger la photo

On a dû s'adapter et trouver rapidement un endroit pour installer un camp durable par tous les temps....capable de résister à la tempête. Après une demi-journée de recherche nous avons opté pour un abrupt de falaise oblique qui pourrait atténuer les effets des tempêtes. Bien que précaire, c'est le seul camp qui a résisté aux furies de la nature. Par la suite, il a été nommé "le nid d'aigle". Toujours est-il que l'on a mis une journée et demie à acheminer nos charges depuis l'endroit où on a été héliporté jusqu'au camp.

Heureusement, nous avions le téléphone satellite et des radios VHF pour communiquer avec les autres camps et le camp de base. Notre choix a été de prospecter et d'explorer toutes les cavités qui s'ouvraient à nous. Beaucoup de concentration et de rigueur car l'exploration à deux est un engagement sans retour en cas de problème. Mais quel plaisir d'être le premier à descendre dans un gouffre!

Pendant ce temps là, au camp de base une réorganisation complète s'effectue et une montée par voie terrestre est prévue par le reste du groupe pour que l'équipe soit réunie au complet au camp 4 pour la visioconférence. Malheureusement des problèmes d'itinéraire et de météo obligent l'équipe à se replier sur le camp 1. Il est clair que cela semble compromis pour la visio car c'est moi qui ai tout le matériel de visio pour une valeur de 15000 euros.

Le chef d'expédition me demande s'il m'est possible de descendre en une journée au camp 2. De toute façon: c'est la seule solution et il ne reste qu'une journée. Sous la tempête et chargés de nos lourds sacs (car on transporte toujours le matériel de bivouac au cas où ...) nous descendons les lapiaz, bataillons dans la forêt magellanique qui est magnifique mais très dangereuse. En fin de journée, on arrive au camp 2 en même temps que l'autre équipe qui arrive du camp 1 et qui a bataillé aussi.

Nous voilà tous réunis pour cette visio. La nuit fut bonne et très tôt nous préparons la visio que nous envisageons de faire à l'extérieur. Malheureusement au dernier moment la pluie nous oblige à rentrer. La liaison son était inaudible et pour cadrer c'était pas facile car on avait une image de 2 cm sur 2 cm. Heureusement que j'avais les questions écrites que j'ai su protéger de la pluie et que Matthieu écrivait les questions au fur et à mesure. Cette visio s'est faite en aveugle. J'espère que cette visio a été à la hauteur des attentes de l'académie. J'ai hâte de voir le résultat Beaucoup d'émotion pour nous d'être en relation avec vous mais surtout d'avoir réussi cette prouesse.

L'après-midi a été consacrée à l'exploration d'une zone de lapiaz à proximité du camp 2 où nous avons découvert un champ de piedestals (champignons) et de comètes uniques et jamais observées avant. Tous ces phénomènes font l'objet d'un point GPS et de photos pour alimenter le dossier scientifique. Splendide! En soirée, je pars avec un copain et nous avons la chance de découvrir une cavité et de commencer l'exploration. Plusieurs équipes se sont relayées par la suite dans ce trou mais, à l'heure actuelle l'exploration de cette cavité n'est pas terminée (arrêt sur rien). La remontée vers le camp 4 s'est faite en deux jours avec une nuit au camp 3. Au camp 4, nous avons exploré une quarantaine de cavités et bravé plusieurs tempêtes.

La nuit dans notre nid d'aigle, on se serait cru dans un aéroport avec des décollages permanents de A380. Faire le "gros dos" et toujours essayer de garder un peu de vêtement sec mais surtout sa bonne humeur. Le mauvais café que je préparai le matin obligeait le reste de la troupe à se lever. Pas facile de sortir du duvet même humide. Seul notre camp a résisté aux intempéries! Dans ce contexte, nous avons réussi à faire une deuxième visioconférence avec Toulouse (30 mn) en pleine tempête dans une fente de lapiaz. Irréel!

Télécharger la photo

Sûr de nous, nous décidons de quitter le camp 4 et d'établir un camp 5 puis d'être récupérés par un bateau chilien. Opération réussie mais la mauvaise météo nous interdit l'accès à la grande barrière tant convoitée. On fait le dos rond. On apprend que le bateau chilien ne peut nous récupérer car une avarie l'empêche de naviguer dans le mauvais temps. Pas de problème, on retraversera Madre de Dios à pieds. Le moral est excellent et on s'installe pour durer Mais parfois, c'est l'aubaine. Beau temps. Et les forces navales chiliennes vont venir nous récupérer en hélicoptère. Un fumigène tiré en l'air attire vers nous l'hélico qui se pose sur la DZ que nous avons visualisée. Embrassades, on charge et c'est parti pour le camp de base. 18 jours après me voilà de retour à la "civilisation" et il nous faut tout raconter aux copains et la soirée restera mémorable.

En résumé, une aventure géologique, spéléologique, écologique et humaine, surtout. Mais l'aventure continue car la fenêtre météo est là. Le bateau chilien prévu pour nous emmener à la grotte de la Baleine tombe à nouveau en panne. Peu importe, on reporte et on profite d'aller à la grotte du Pacifique pour voir les magnifiques peintures. On en profite aussi pour photographier des os de baleine que l'on découvre, faire un inventaire botanique et instrumenter la grotte du Baron. La météo n'étant pas défavorable, hier on décide d'affronter le Pacifique avec deux bateaux Bombard. L'objectif est d'aller finir le travail à la grotte de la baleine mais surtout de travailler sur l'abri kawesqar qui n'avait été vu qu'une seule fois. Très émouvant de voir les traces d'un campement et les os humains d'une personne qui est décédée à cet endroit. Superbe navigation dans le Pacifique avec Dauphins et Manchots. Mission accomplie pour le plaisir de tous. Voilà un rapide survol de mon activité sur Madre de Dios. J'avais prévu de pauser toute la journée mais bien que le ciel soit couvert, on part à nouveau sur le Pacifique cet après-midi. Je suis dans l'activité permanente .....et ça passe trop vite. Au retour, je vous raconte tout. Bonjour de ma part à toute l'équipe

A bientôt Bises, José

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blogs.ac-amiens.fr/generalistes/gen_cavitessouterraines/index.php?trackback/192

Fil des commentaires de ce billet