Terminale - Enseignement de spécialité

5h hebdomadaire / Aurélie Coisnard et Flora Pillon

Fil des billets

mardi 17 septembre 2019

Céline Sciamma et les débuts de l'écriture

Dans l'émission "Par les temps qui courent", la réalisatrice et scénariste Céline Sciamma nous parle des prémices de son Portrait de la jeune fille en feu (qui sort aujourd'hui). Elle évoque un certaine première feuille de note sur laquelle figure une série de "il y aura".  Ce moment de conversation a été le point de départ du travail de recherche autour de votre court métrage que nous avons effectué ce matin.

L'extrait que nous avons écouté débute à 02:20.

Lire la suite...

mardi 10 septembre 2019

Le Silence #2

Dans Restless, Gus Van Sant filme histoire d'amour et continue de creuser le sillon qui traverse son oeuvre, celui de l'adolescence confrontée à la mort. Comme une sorte de paradis perdu de la première fois. «Ce qui me plaît à cette période, précise-t-il, c'est que ce qui s'y passe arrive toujours pour la première fois. Cette fraîcheur des premières fois me plaît. J'aime cette zone narrative qui est un genre à elle toute seule. Un peu comme le western…» Il ajoute à ce double voyage initiatique une tendresse douce-amère et un côté intemporel. «Il n'y a pas d'ordinateurs ni de téléphones portables dans le film. Cela me permet de me concentrer uniquement sur les sentiments des personnages. La manière qu'ils ont de s'aimer, de se comprendre, de se compléter. Le héros accompagne sa bien-aimée vers l'acceptation de sa fin, tandis qu'elle lui redonne l'envie de vivre malgré ses profondes blessures. Chacun d'eux fait ressortir le meilleur de l'autre.» 

Durant le tournage, Gus Van Sant a tourné des séquences silencieuses, dans lesquelles les comédiens exprimaient leurs émotions à l'aide de leurs yeux et de leur visage… mais sans prononcer le moindre son. «Ces prises sans dialogues sont très utiles quand on s'aperçoit parfois qu'une scène n'a pas besoin d'être explicitée par des mots, note le réalisateur. En salle de montage, on peut découvrir alors que le silence raconte mieux l'histoire.»
Dans le cadre de notre exploration du silence au cinéma, il m'a semblé intéressant de confronter deux extraits issus de la version parlé et de la version muette du film.
 
La version sans paroles


 

La version parlante

Gus VAN SANT, Restless, 2011, Etats-Unis, 91 minutes.

Lire la suite...

mercredi 04 septembre 2019

Le Silence #1

Le Silence au cinéma sera donc notre thématique de travail lors de cette année de terminale. 

Vous retrouverez ci-dessous l'épisode de l'émission Blow Up (qu'il est vivement conseillé de regarder régulièrement) consacrée au silence au cinéma et l'épisode de la série Buffy contre les vampires qui nous a permis d'entamer le chapitre Perdre sa voix, trouver sa voie construit autour de la problématique suivante : En quoi imposer le silence peut-il permettre au réalisateur de s'approcher différemment de ses personnages?

Cet épisode sera à mettre en relation avec le cinéma de F. W. Murnau et de T. Burton.

 

Lire la suite...

Prévisionnel / Période 1

En cliquant sur le document qui suit vous retrouverez le prévisionnel des sept prochaines semaines.

Lire la suite...

samedi 29 juin 2019

Enseignement de spécialité - 2019

Réalisations à destination de l'épreuve du bac / Enseignement de spécialité.

Lire la suite...