atelierdezarts

Le sacre des Rois de France à Reims

4juin

Voici le document utilisé en classe (4 pages à imprimer en couleurs... sur 4 feuilles différentes, afin de pouvoir les coller dans votre Cahier d'Histoire des Arts): REIMS.

Pour le télécharger et conserver une version sur votre disque dur, faites un clic droit sur "Reims" et choisissez l'option "Enregistrer la cible sous..".

Comment analyser une oeuvre musicale ou un extrait sonore ? (Methodologie)

22mars

Comment analyser un extrait sonore ?

 

I. Replacer l’œuvre musicale dans son contexte. (voir cahier d'histoire des arts)

 

II. Analyser la musique : choisir le plus important. 

Les différents paramètres de la musique qui vont être détaillés ci-dessous ne sont pas forcément de même importance dans une œuvre musicale. Vous devez concentrer votre attention sur ce qui vous semble le plus important ! Si, dans un œuvre, c’est le choix des instruments qui vous paraît la chose la plus importante, votre analyse devra insister sur cet élément.  

·         Le tempo et le rythme : Quelle est la vitesse (tempo) de la musique ? Cette vitesse change-t-elle (accelerando, rallentendo) ? La musique est-elle très rythmée (pulsée) ou plutôt « lisse » ? Y a-t-il un rythme qui revient sans cesse (ostinato) ?

·         La formation et les instruments : Quels instruments jouent ? A quel moment interviennent-ils ? Comment sonnent ces instruments (pizzicato, vibrato…) ?

·         La voix : Quel est le registre (grave, aigu / soprano, basse, ténor…) ? Est-elle parlée ou chantée ? Comment sonne cette voix (très vibrée, cassée, criée, roque, douce, détimbrée, puissante, mélodieuse…) ?

·         L’intensité et la dynamique (le volume du son) : Quel est le volume (intensité) du son ? Ce volume change-t-il (crescendo, diminuendo…) ? Certaines notes sont-elles accentuées ?

·         L’impression produite : Quel est le « caractère » de la musique (très agitée, très calme, très joyeuse…) ? A quoi vous fait penser cette musique ?

·         La forme et la structure : Comment s’organise le morceau de musique et quelles sont les différentes parties du morceau (introduction, coda, exposition du thème, transition, couplet, refrain, pont…) ? Est-ce une forme connue (« couplet-refrain » ou « rondo », ABA, strophique…) ?  


     Vous trouverez, dans les annexes, en pièces jointes (en bas de cet article), divers extraits musicaux qui illustrent certains des éléments évoqués ci-dessus, n'hésitez pas à les écouter !

III. Le cas de la musique dans un film : quel est le lien entre la musique et les images ?

Si vous avez choisi un extrait vidéo (extrait de film ou autres…) et que cet extrait comporte de la musique, vous devez pouvoir parler un peu de la musique. Dans ce cas, le plus important est d’expliquer quel est le lien entre la musique et les images.

La musique et les images sont-elles synchronisées ? / Quelle est la place de la musique ? (très importante ou seulement en arrière fond pour créer une ambiance) / Quel effet produit la musique à ce moment du film ? / Pourquoi a-t-on choisi cette musique ?  

Les Compositeurs racontent la guerre

29janvier

Raconter ou commémorer la guerre ?

Il est important de ne pas confondre les œuvres musicales qui illustrent ou racontent la guerre avec celles qui commémorent la guerre.

Comme vous le savez, vous avez le choix entre plusieurs thèmes pour votre oral d’Histoire des Arts. Il vous appartient de bien faire la différence entre deux thèmes en particulier : « Les artistes racontent la guerre » et « Devoir de mémoire ».

 En effet, si le thème « devoir de mémoire » concerne la guerre (si l’artiste fait en sorte de créer une œuvre pour que les générations futures se souviennent d’un évènement), vous risquer de tout mélanger. Vous devez être précis et donc faire attention à ceci :

·           Si vous choisissez le thème « Devoir de mémoire » et que cela concerne la guerre, vous devez choisir des œuvres artistiques qui ont pour but évident de commémorer la guerre et pas n’importe quelle œuvre qui évoque la guerre.

Voici quelques œuvres musicales qui commémorent la guerre ou les victimes de la guerre :

·         Il canto sospeso de Luigi Nono (1956)

·        Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima de Krzysztof Penderecki (1960)

·         Different trains de Steve Reich (1988)

 

                                     L'arrivée du train à Auschwitz en 1945  

        

                   → Ce sont les trains de déportés juifs que Steve Reich évoque dans son œuvre Different trains


·         Si vous choisissez le thème « Les artistes racontent la guerre », vous devez mettre de côté les œuvres qui appellent à la mémoire et privilégier celles qui illustrent ou racontent directement la guerre. Dans ce thème on insiste sur la vision que l’artiste a de la guerre.

 

Raconter et illustrer la guerre en musique

La guerre (en particulier les deux Guerres Mondiales) a profondément marqué les esprits et ses conséquences furent considérables pour l’histoire du XXe siècle. Plusieurs compositeurs s’inspirent donc des faits de guerre pour composer leurs œuvres.

Voici quelques œuvres musicales qui illustrent ou racontent la guerre :

·         7e Symphonie « Leningrad » de Dimitri Chostakovitch (1941)

·         Symphonie en trois mouvements d’Igor Stravinsky – 1er mouvement (1941-1945)

·         10e Symphonie de Beethoven de Pierre Henry – 7e partie, « guerre » (1986)

 

Mais que veut-on dire par « raconter la guerre en musique » ?

Vous devez repérer, dans l’œuvre musicale, des éléments qui vous font penser à la guerre. Ce peut être des images que la musique fait surgir dans votre esprit, ce peut être aussi des sons ou un genre de musique qui rappellent la guerre (explosions, bruit des armes à feu, musique militaire… etc.).

Prenons un exemple précis : le morceau « Mars, the bringer of war » (« Mars, celui qui apporte la guerre ») extrait de la suite symphonique The Planets (composée entre 1914 et 1917) du compositeur anglais Gustav Holst (1874 - 1934).

Une suite symphonique est constituée de morceaux composés pour orchestre qui se suivent. L’ensemble des morceaux porte sur un même thème. Ici, chaque morceau représente l’une des sept planètes de notre système solaire. Pour chaque planète, le compositeur fait référence à un dieu de l’antiquité romaine. Pour la planète Mars, le dieu lui correspondant étant le dieu de la guerre, c’est ce thème là que le compositeur va aborder pour créer son morceau symphonique.

Les possibilités de l’orchestre permettent au compositeur de créer une musique particulièrement imagée. On repère ainsi plusieurs éléments qui illustrent la guerre ou qui font penser à la guerre :

·         Le tempo est rapide (allegro) ; on imagine mal une musique de guerre trop lente…

·         Les rythmes utilisés rappellent la marche militaire.

·         Les premiers instruments entendus, au début de l’œuvre, rappellent les instruments utilisés dans les fanfares militaires : les percussions (timbales et gong) et les cuivres (trompettes, cors, trombones, tuba) ; à cela, le compositeur ajoute les cordes frottées (famille du violon) mais utilisées comme des percussions (« col legno »= « avec le bois de l’archet ») et de même des instruments qui jouent dans le grave (basson et harpe).

·         Le volume de la musique (l’intensité) change beaucoup : les passages piano (doux) alternes avec des passages fortissimo (très forts), ou bien directement (subito) ou bien progressivement (crescendo). Dans une bataille, il y a des moments plus intenses que d’autres… De plus, dans l’orchestre de l’époque de Gustav Holst, il arrive souvent qu’il y ait un grand nombre d’instruments et c’est le cas ici : il y a environ 80 musiciens qui parfois jouent tous en même temps. On note aussi la présence d’un instrument puissant : l’orgue. L’orchestre ici présent peut donc jouer très fort.

·         Les mélodies créées par le compositeur sont souvent sombres pour rappeler la dure réalité de la guerre mais aussi parfois lumineuses pour évoquer le courage et l’ardeur des soldats lors du combat.

 

Vous trouverez l’intégralité de ce morceau en suivant le lien :

http://www.youtube.com/watch?v=AGGlL1wexQk

 

A l’écoute, vous penserez sans doute à la guerre, mais cette musique pourra peut-être aussi vous rappeler certaines musiques utilisées au cinéma.

La musique de Gustav Holst est en effet suffisamment imagée pour devenir cinématographique et certains compositeurs de musique de film n’hésitèrent pas à s’inspirer de lui : par exemple John Williams pour la musique de la saga Star Wars (écoutez la « Marche impériale » ou la musique du champ d’astéroïde dans l’Empire contre-attaque). Pensez aussi à Howard Shore pour la musique du Seigneur des anneaux (écoutez la musique de la bataille du gouffre de Helm dans Les Deux tours) ou encore Hans Zimmer pour la musique du film Gladiator (écoutez la musique des scènes de combat). Et ces films font en effet la part belle à la guerre…

 


 

La « musique de guerre » au cinéma

Comme vous le savez, vous pouvez aussi choisir des extraits de films pour votre oral d’Histoire des Arts. Et bien entendu, dans ces extraits, il y aura souvent de la musique.

La première chose qu’on peut remarquer est que les musiques utilisées pour les films de guerre sont parfois très différentes. Les compositeurs de musique pour le cinéma ne s’inspirent pas tous de Gustav Holst !

 Pour vous le prouver, j’ai choisi trois films qui évoquent la Guerre du Viêt Nam (1959 – 1975) :

·         Apocalypse Now de Francis Ford Coppola (1979)

·         Hair de Milos Forman (1979)

·         Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (1987)

Dans Apocalypse Now, il y a un passage célèbre dans lequel les hélicoptères américains attaquent un village vietnamien. Lors de cette attaque, les hélicoptères munis de haut-parleurs, font entendre la musique de « La chevauchée des Walkyries » de Richard Wagner. Premièrement, cette musique n’est pas, au départ, une musique de film ; c’est la musique d’un célèbre opéra allemand (La Walkyrie). Ensuite, c’est un fait réel : les marines américains ont vraiment utilisé cette musique pendant la guerre du Viêt Nam pour effrayer l’ennemi lorsqu’ils lançaient l’assaut.

Vous trouverez cet extrait en suivant le lien (regardez à partir de 3 minutes) :

http://www.youtube.com/watch?v=gHQXqFGhNK8

Dans Hair (au départ c’est une comédie musicale), il y a une célèbre chanson (« Let the sunshine in ») qui apparaît à la fin du film. Un jeune homme, Claude, doit partir pour le Viêt Nam ; comme il souhaite dire adieu à la femme qu’il aime, un ami, Berger, lui propose de le remplacer au camp d’entraînement pendant quelques heures. Malheureusement, les soldats doivent partir en urgence et c’est Berger qui part au Viêt Nam à la place de Claude… Les soldats ainsi que Berger commencent alors à chanter une chanson hippie très psychédélique et influencée par le Funk. C’est l’un des styles de la musique populaire américaine de l’époque.

Vous trouverez cet extrait en suivant le lien :

http://www.youtube.com/watch?v=fhNrqc6yvTU

Enfin, dans Full Metal Jacket, la musique utilisée pour le film se partage entre des chansons célèbres à l’époque de la guerre du Viêt Nam et une musique d’ambiance très inquiétante composée par la fille du réalisateur (Vivian Kubrick).


 

Vous trouverez un extrait de cette musique inquiétante en suivant le lien (regardez à partir de 4 minutes) :

http://www.youtube.com/watch?v=_usKcVTMT44

Comme vous le remarquez, ce n’est pas parce qu’on fait un film sur la guerre que la musique a forcément un rapport direct avec la guerre. Faites attention à cela si vous étudiez des extraits de films qui concernent la guerre : vous devez parler de la musique s’il y en a dans l’extrait, mais ce n’est pas forcément un « musique de guerre ».

Et à présent, bon courage pour votre préparation ! Et n’hésitez pas à me demander de vous transmettre la musique de l’une des œuvres que je cite dans cet article, je peux vous la copier sur votre clef USB.

Comment analyser une affiche de film?

24janvier

Dans le cadre de la préparation de l'épreuve Histoire des Arts, session 2012, voici la 1ère fiche méthode mise en ligne sur ce blog.

Elle t'indique la marche à suivre pour analyser un film (fiche d'identité de l'oeuvre, analyse de l'affiche, analyse d'une bande-annonce).

Pour la télécharger, clique ICI (clic droit, puis "Enregistrer la cible sous"). Il t'est conseillé de l'imprimer, en couleurs si possible, et la coller dans la partie "Méthodologie" de ton cahier Histoire des Arts.

Quand Otto Dix raconte la guerre

30décembre
assault432.jpg

Révision Histoire des Arts
Quand Otto Dix raconte la guerre

__ "La peinture n’est pas un soulagement. La raison pour laquelle je peins est le désir de créer. Je dois le faire ! J’ai vu ça, je peux encore m’en souvenir, je dois le peindre." Otto Dix.

                                             assault432.jpg
assaut peint par Otto Dix en 1919

Biographie:

L'artiste peintre allemand Otto Dix (Wilhelm Heinrich Otto Dix), naît le 2 décembre 1891 à Untermhaus près de Gera. C’est le deuxième fils de Ernst Franz Dix, fondeur, et de Pauline Louise Dix, couturière. Il décède 25 juillet 1969 d’une congestion cérébrale à l’hôpital de Singen. Lors de la première guerre mondiale, après avoir été formé comme mitrailleur à Bautzen, Otto Dix est envoyé au front, en France, en Flandre, puis en Russie et de nouveau en France. Il envoie alors des dessins, très modernes, sur la guerre et en 1916, il participe pour la première fois à une exposition officielle organisée par la galerie Arnold à Dresde intitulée "Deuxième exposition des artistes de Dresde appelés au front", présentant 16 dessins de guerre. Dans ses oeuvres, Otto Dix ne fait preuve d'aucun respect pour les combattants, ses anciens camarades. Loin d'exalter l'héroïsme, il dénonce la sauvagerie destructrice. L'artiste ne cesse de témoigner des effets de la guerre sur l'homme, la nature et le patrimoine. Il est associé aux mouvements de l'expressionnisme et à la Nouvelle Objectivité .

Qu'est ce que l'expressionisme? L'expressionnisme est un mouvement artistique apparu au début du XXe siècle, en Europe du Nord, particulièrement en Allemagne. L'expressionnisme a touché de multiples domaines artistiques : la peinture, l'architecture, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, etc. Les représentations de ce mouvement sont souvent fondées sur des visions angoissantes, déformant et stylisant la réalité pour atteindre la plus grande intensité expressive. Celles-ci sont le reflet de la vision pessimiste que les expressionnistes ont de leur époque, hantée par la menace de la Première Guerre mondiale

Qu'est ce que la Nouvelle Objectivité? La nouvelle objectivité (1918-1930) (Neue Sachlichkeit) est un mouvement artistique apparu en Allemagne dans les années 1920 et qui succède à l'expressionnisme. Elle se caractérise par une volonté de représenter la réalité de la guerre sans fard. Les artistes de la Nouvelle Objectivité seront nombreux à être pointés du doigt comme « artistes dégénérés » par le régime Nazi. C'est pourquoi d'ailleurs le mouvement s'éteint en 1933, avec l'arrivée d'Hitler au pouvoir. De nombreux artistes partent en exil.

                         Otto_Dix_la_guerre.jpg

L'art et le 11 septembre

27décembre
carte afghanistan

Comment des artistes peuvent-ils raconter la guerre ou un événement lié directement à une guerre? Quels messages leurs oeuvres peuvent-elles véhiculer?

Voici deux problématiques auxquelles vous allez devoir réfléchir en travaillant sur le thème: "Les artistes racontent la guerre au XXème siècle".

carte afghanistan

En guise d'exemple, voici une séquence réalisée en 3ème D sur le thème des attentats du 11 septembre... à la suite desquels les Etats-Unis ont déclenché une guerre contre les terroristes islamistes en Afghanistan (voir, sur la carte, le pays coloré).

Au cours de cette séquence, plusieurs supports ont été étudiés (en classe ou salle informatique):

1- Des supports visuels. Trois oeuvres d'art (deux peintures, une sculpture). Ces oeuvres ont été réalisées par des artistes qui possédaient une galerie dans Manhattan (le quartier d'affaires de New York) au moment de l'attentat. Ils ont réutilisé des débris récupérés le jour de l'attaque (feuilles volantes, tas de poussière, morceaux de bâtiment, verre cassé...) pour montrer la violence de l'événement.

Tours

L'oeuvre ci-dessus montre, dans un paysage bleu, le profil des deux tours dans lesquels des traces de peinture rouge-orange rappellent les incendies provoqués par le crash des deux avions terroristes. Les traces blanches évoquent, elles, les feuilles qui s'échappaient par les fenêtres brisées et qui se répandaient dans tout le quartier.

Cendres

Sur ce tableau, l'artiste a peint, au centre de la toile, un carré bleu symbolisant l'espoir puis, tout autour, il a "collé" des cendres récupérées sur le site après les avoir colorées et séchées. Son message: malgré l'atrocité de l'événement, il ne faut pas perdre espoir. Se souvenir, ne pas oublier... mais continuer de vivre.

Feuilles

La sculptrice Elena del Rivero a récupéré des feuilles volantes le jour de l'attentat puis les a collé sur un support de plastique en forme de vague. Elle a ainsi transformé une matière première brute en une oeuvre qui rappelle, matériellement, les conséquences de l'attaque terroriste.

2- Des bandes-annonces de film: "World Trade Center" d'Oliver Stone avec Nicolas Cage, sorti en 2005, raconte l'héroïsme des pompiers et des policiers mobilisés le jour de l'attentat pour évacuer les deux tours; "Vol 93" de Paul Greengrass, sorti en 2006, évoque le courage des passagers du vol qui s'est écrasé dans un champ de Pennsylvanie alors qu'il devait aller s'écraser sur la Maison-Blanche.

A noter que le cinéma américain a mis quelques années pour faire le deuil de l'événement et pour que certains réalisateurs évoquent, directement, les attentats. Pendant quelques années, il ne s'agissait que d'allusions. Puis, les réalisateurs se sont lancé dans des reconstitutions de l'attaque pour mettre en scène le courage, l'héroïsme et le patriotisme des Américains ce jour-là.

Les deux bandes-annonces évoquées peuvent être visionnées sur Dailymotion.

3- Des chansons: dans "12 septembre" (qui évoque, donc, le jour d'après), Abd Al Malik souhaite tourner la page de l'événement, ne pas oublier les événements heureux qui se sont produits le même mois, tout en dénonçant les hommes politiques qui détournent l'attaque pour en faire un argument politique. Il refuse ainsi que tous les musulmans soient présentés comme de possibles terroristes islamistes qui se cacheraient.

Dans "Manhattan-Kaboul", Renaud et Axelle Red se glissent dans la peau de deux personnages touchés par ces événements. Renaud interprète un Portoricain, vivant et travaillant à New York et qui a péri dans l'attentat. Axelle Red joue, elle, une petite fille afghane, prisonnière des islamistes talibans (au pouvoir dans son pays, à cette époque) et tuée dans les bombardements de l'aviation américaine. Ils veulent dénoncer le fait que des civils innocents soient les principales victimes des guerres décidées par les hommes politiques.

Les deux clips sont également disponibles sur les sites de partage de vidéo.

D'autres oeuvres existent. A l'occasion des 10 ans du 11 septembre, plusieurs journaux et magazines ont publié des documents intéressants, comme cette couverture d'un Hors-Série du quotidien Libération: elle utilise des mini-photos pour reconstituer, comme un puzzle, l'image des deux tours.

Libé 10 ans

Note: n'oubliez pas que vos dossiers Histoire des Arts devront, en vue de l'épreuve orale de mai prochain, contenir un certain nombre d'oeuvres. Pour montrer votre maîtrise du sujet et des compétences artistiques, il vous est fortement conseillé d'utiliser des oeuvres de natures différentes (affiches, vidéos, sons, extraits littéraires...).

Pour ceux qui veulent intégrer cette séquence à leur cahier Histoire des Arts, une version imprimable est disponible (PDF en couleurs): cliquez ICI (faites un clic droit, puis "Enregistrer la cible sous").

Musiques de l'ancien et du nouveau monde - la société française après 1945

21octobre

La musique dans Mon Oncle (1958)

Réalisation :  Jacques Tati  (1907-1982)

        Musique : Franck Barcellini et Alain Romans

                          

 

 

Les compositeurs :

 

Les deux compositeurs, Franck Barcellini et Alain Romans, sont, il faut bien l’avouer, deux « illustres inconnus ». Ils étaient spécialisés dans la composition et l’arrangement de morceau de jazz et se sont quelque peu révélés lors de leur collaboration avec Jacques Tati.

 

Deux « musiques » pour deux mondes différents :

 

L’analyse qui va suivre s’appuie essentiellement sur les premiers moments du film (premier extrait qui vous a été montré). Le film s’ouvre en effet sur une mise en regard de deux mondes opposés et la musique ainsi que les différents sons et bruitages sont là pour nous le rappeler. La musique et les sons qui traversent le film sont ainsi liés à la classe de la société et aux lieux qui sont représentés.

 

L’ancien monde :

la musique de l’ancien monde est une musique typiquement populaire qui s’accorde avec le lieu de vie de M. Hulot.

L’instrumentation vient immédiatement le souligner : elle se compose d’une section rythmique (accompagnement) tenue par la batterie, la contrebasse et le piano et d’une section mélodique (mélodie) tenue successivement par l’accordéon, le banjo, la guitare, le duo flûte-clarinette, et enfin le vibraphone.

L’accompagnement est très simple (sur le principe de la « pompe ») et très discret.

La musique est de caractère badin et sautillant ; elle paraît insouciante, sans tension, enjouée et parfois légèrement lyrique.

La courbe de la mélodie est à rapprocher des chansons populaires. En particulier, l’usage des notes répétées que l’on retrouve dans certaines mélodies populaires célèbres (Le temps des cerises, Au clair de la lune, Ah ! Vous dirais-je maman ?, Go down Moses…).

Cette musique rassemble les personnages et participe à la bonne humeur ambiante. Elle apparaît ainsi comme bienfaisante.

 (Voir les deux vidéos en annexe, lien tout en bas du billet...)


Le nouveau monde :

la « musique » du nouveau monde est liée à la vie moderne et aux classes sociales aisées voire très aisées représentées ici par la famille Arpel.

Cette musique moderne est d’abord incarnée par le Jazz. Il s’agit plus précisément d’un morceau typique du style « ère du swing » (se développant aux Etats-Unis entre 1935 et 1945, mais s’imposant en France après 1945) faisant intervenir un orchestre de jazz (le « big band ») composé d’une section rythmique tenue par la batterie, la contrebasse et le piano et d’une section mélodique tenue par les trompettes, les saxophones, la clarinette. Le réalisateur fait ainsi s’accorder ce type de Jazz avec le ballet moderne des automobiles en synchronisant les images et la musique (exemple : synchronisation entre les « riffs » [court appel rythmico-mélodique] et le clignotant de la voiture). Ce jazz est à l’époque la musique des élites et des intellectuels.

Mais chez les Arpel, le jazz n’apparaît pas … l’on entend qu’une seule et unique chose chez eux : des sons généralement désignés comme « non musicaux », en d’autres termes les bruits et bruitages. La « musique » de la vie moderne est celle du bruit des machines (marteau-piqueur, aspirateur…) et des objets (chaussures de Mme Arpel, briquet, chiffon…). Et Jacques Tati met en scène cette « musique nouvelle » précisément l’année où, en France, Pierre Schaeffer (1910-1995), ingénieur du son et compositeur, crée en 1958 le Groupe de Recherches Musicales ! Ce dernier est considéré comme le père de la « musique concrète » (musique liée aux objets et aux sons qu’ils produisent) et de la « musique électro-acoustique » (sons enregistrés ou générés électroniquement).

Comparée à la musique de l’ancien monde, la musique du monde moderne a tendance à couper la communication et à se faire mécanique...

(Voyez cette scène chez les Arpel en suivant le lien)

Œuvres à mettre en parallèle :

 

Voici un petit texte de l’artiste futuriste Luigi Russolo qui souhaite voir naître une musique faite de bruits…

 

« L’art musical rechercha tout d’abord la pureté limpide et douce du son. Puis il amalgama des sons différents, en se préoccupant de caresser les oreilles par des harmonies suaves. Aujourd’hui l’art musical recherche les amalgames de sons les plus dissonants, les plus étranges et les plus stridents. Nous nous approchons ainsi du son-bruit. Cette évolution de la musique est parallèle à la multiplication grandissante des machines qui participent au travail humain. »

 

Luigi Russolo, L’Art des bruitsManifeste futuriste (1913).

Quelques œuvres musicales intégrant le bruit :

 

Pierre Schaeffer, Etude pathétique dite « aux casseroles » (1948).

 

Pierre Henry, Variations pour une porte et un soupir (1963).

 

Karlheinz Stockhausen, Quatuor pour hélicoptères (1992-1993).

Scrabble et modernité

2mai

Le scrabble est un jeu de société et de lettres mondialement connu, même dans certaines salles de notre bon collège.



Il commercialisé dans 121 pays et est traduit dans 29 langues. Il est la propriété d'Hasbro et de Mattel.
Il a été imaginé en 1931 par un architecte au chômage du fait de la crise de 1929.
Son jeu s'est diffusé lentement et est devenu très populaire dans les années 1950 et 1960 avec le développement des centres de vacances ex : le club méditerranée. Aujourd'hui une famille sur deux aurait un jeu à sa maison en France.
Cependant dans les années 2000, ce jeu a perdu des parts de marché. Il semblait un peu vieillot.
En 2008, l'agence française Ogilvy a pour mission de rajeunir l'image de la marque.
Leurs spots sont colorés, inventifs. C'est un dessin animé où les mots prennent forme pour s'assembler, se croiser. Le style du dessin rappelle les graffitis par les couleurs brillantes (peintures coulant sur un fond couleur béton). Les associations sont drôles. Les illustrations sont commentées par des chanteurs canadiens du Didier Tovels studio Apollo. Le flot des paroles rappelle celui d'un rap. Le rythme est rapide (on fait oublier le temps d'une vraie partie de novices!) . La caméra suit l'apparition des personnages avant un bond en arrière faisant apparaître tous les personnages et enfin les mots. Le slogan conclut cette belle histoire "bravo les mots".

---> publicité scrabble bravo les mots <--

Par ce spot, la marque rappelle le plaisir du jeu de lettres. De plus, elle se rajeunit par l'association de l'image et des paroles chantées. C'est une réussite car les ventes explosent au noël 2008 : +18% de boites sous les sapins français.
En 2010, Scrabble lance un nouveau jeu : le scrabble délire. Les mêmes créatifs se regroupent pour une opération spéciale. Pendant 3 soirées, ils investissent un immeuble de Berlin où 30 comédiens et cascadeurs joueront les mots. Chaque fenêtre devenant une case du jeu. Le dessin-animé devient un film où les acteurs sont cartoonesques. La bande-originale est signée par les mêmes canadiens. Buzz sur internet. La chanson est fredonnée et sera bientôt commercialisée. Le film est joyeux, rigolo, va dans tous les sens, suivant la nouvelle règle du jeu (on peut écrire partout et à l'envers). Le plaisir est la valeur voulue par la marque pour son nouveau produit. La cible est représentée : les joueurs jeunes de 20 à 35 ans et +.

--> pub scrabble un délire parfait <--


Cet article permet de comprendre le rôle de la publicité : associer une image à une marque. De vieillot, le scrabble est devenu moderne en utilisant des codes graphiques et musicaux d'une nouvelle génération de consommateurs : graffitis, rap, fun. Cette recherche d'images se retrouvent chez des constructeurs automobiles (la voiture qui est bonne pour la nature évoque le développement durable, respectable), des boissons (buvez tel soda et vous deviendrez meilleurs évoque la force, l'énergie ou la malice).
De plus n'oubliez pas que les publicités récentes utilisent internet comme un autre outil de diffusion. Par les connexions, les internautes alimentent un buzz autour d'une vidéo drôle qui vante un produit.
En étudiant une publicité, vous devez évoquer :
- l'image donnée au produit et ses valeurs
- le rôle d'internet dans la diffusion des publicités récentes.

sources : article wikipedia sur le scrabble et émission culture pub "le scrabble trouve les mots pour le dire"

Soda Samba

2mai

Le coca cola est le produit le plus vendu au monde. Il est présent dans 200 pays. Il y a 18.000 bouteilles ou canettes consommées par seconde dans le monde soit 570 milliards par an.

En 1994, la firme d'Atlanta réalise un spot de publicité dont le slogan est "always cocacola" toujours coca-cola.
voici la vidéo : -->cliquez ici<--
Cette publicité est prévue pour être diffusée dans le monde. Son seul langage est la musique. IL n'y a pas besoin de la traduire.
Le style musical est la samba, une musique binaire née au Brésil. Elle est un mélange entre les musiques noires des esclaves et celles des Européens. Cette mixité se retrouve dans la publicité où acteurs et actrices noirs, latinos et blancs se côtoient et forment un groupe multiéthnique, à l'image du monde.
La samba est jouée par des objets coca récupérés devenant ainsi des instruments soit à vent ou à percussion ex : la bouteille utilisée comme triangle ou flûte, des verres associés comme une batterie de fanfare ou des granites-blocs. Chaque instrument permet d'afficher la marque.
L'air de la samba est entraînante et rappelle les rythmes du carnaval brésilien. Chaque plan s'intéresse à un acteur ou actrice. Le défilement des plans est très rapide rappelant le rythme musical. Tous les personnages jouent ou dansent. Ils sont tous jeunes. Leurs âges varient de 12 à 30 ans (environ).
Les rythmes sud-américains sont très présents à l'époque sur les ondes. En 1989, la Lambada faisait danser les foules sur les plages.


Lambada


Les percussions à partir d'objets du quotidien étaient au coeur de la musique d'un groupe qui allait sillonner le monde entier : Stomp. (extrait suivant n'est pas le vrai spectacle mais l'oeuvre d'étudiants américains imitant Stomp).


Stomp Out Loud - Part 1

Ainsi la marque réalise un spot international où elle est dynamique, jeune et à la mode. Sa cible est le consommateur jeune. De plus, cette publicité semble dire aux consommateurs : Coca-Cola donne le rythme. En effet, c'est le décapsulage de la bouteille qui lance la musique. Celle-ci se terminant par une rafraîchissante gorgée.

Cet exposé rapide permet d'évoquer la méthode nécessaire pour étudier une publicité: Il faut voir :
- la marque et son importance
- la cible de la publicité
- les plans, scènes, objets, couleurs...
- la musique
- le slogan
- mettre en perspective, une publicité est souvent le reflet d'une société à une époque donnée (ici, la mode des rythmes latinos). Ce dernier élément est essentiel. Il est nécessaire de comparer.

Danse macabre

22mars
dm1.jpg

En classe de 4e, nous avons écouté la "Danse macabre" du compositeur Camille Saint-Saëns (XIXe siècle). Ce fut l'occasion de chercher plus précisément ce que ces danses représentent : le plus souvent sous forme de farandoles où alternent squelettes et vivants, elles font prendre conscience de la vie et de la mort, et soulignent la vanité des distinctions sociales. Il s'agit, la plupart du temps, de fresques commandées par l'Eglise, et elles datent du XIVe et du XVe siècle (Moyen-Age).

Quelques représentations :

dm1.jpg dm2.jpg dm3.jpgdm4.jpg

Et voici une vidéo qui fait entendre la danse macabre de Saint-Saëns, avec les divers thèmes et ce qu'ils décrivent : danse macabre

La propagande du régime de Vichy

23février
vichy 3

L'un des fils rouges de l'année de 3ème concerne la propagande dans les régimes totalitaires. Nous avons pu voir, depuis le début de l'année, que la propagande concerne aussi les démocraties (la France pendant la Première guerre mondiale, ou encore les Etats-Unis en 1941).



A partir de juin 1940, quand le maréchal Pétain, nouveau chef de l'Etat français, décide de collaborer avec les Allemands occupant le pays, la France mène elle aussi une oeuvre de propagande massive. Elle vise deux objectifs, qui peuvent constituer deux sujets de travail pour l'exposé d'Histoire des Arts. Voici des documents qui peuvent peut-être vous inspirer...

1- la propagande pour le maréchal Pétain:

vichy 3

vichy 6

vichy 7

vichy 8

2- la propagande de Vichy contre les résistants français de l'extérieur:

vichy 1

vichy 2

vichy 4*

vichy 5

vichy 9

Liens vers les sites où ces images ont été empruntées: http://lewebpedagogique.com/biteau/files/2009/03/2fi5-small.jpg http://alnr.chez-alice.fr/31.jpg http://lewebpedagogique.com/greenpeace/files/2009/12/affichepetain1.jpg http://lewebpedagogique.com/biteau/files/2009/03/2fi1-small.jpg http://s2.e-monsite.com/2010/02/07/78286580propagande-de-vichy-2-jpg.jpg http://www.histoire-en-questions.fr/vichy%20et%20occupation/gouvernement%20de%20vichy/popularite3.jpg http://histogeoonline.over-blog.com/article-13344106.html http://www.archives-educ23.fr/IMG/jpg/fetemeres.jpg http://www.topito.com/top-des-pires-affiches-de-propagande-de-la-senconde-guerre-mondiale

A visiter ! Pour ceux qui choisiront de travailler sur la propagande pendant la Deuxième guerre mondiale, qu'il s'agisse de Vichy ou d'un autre pays ayant participé à ce conflit, vous pouvez aller visiter un site consacré à cette période. Pour cela, cliquez ICI.

Les enfants dans la propagande

25janvier
staline1

Comme nous l'avons vu en classe, l'une des "cibles" principales des propagandes stalinienne et nazie est l'enfant. Adulte en construction, les enfants sont plus facilement manipulables: ne sachant distingué le vrai du faux, ou le bon du mauvais, les plus jeunes enfants croient ce que leurs instituteurs leur apprennent.

Ainsi, pour véhiculer l'idée que les handicapés coûtent trop chers à l'Etat et qu'il ne serait pas choquant de les "supprimer" pour purifier la société, les nazis n'hésitent pas à faire faire aux élèves des classes primaires des exercices de mathématiques comme le suivant.

"Un aliéné coûte quotidiennement 4 marks, un invalide 5.5 marks, un criminel 3 marks. Dans beaucoup de cas, un fonctionnaire ne touche que 4 marks, un employé 3.65 marks, un apprenti 2 marks. D’après des estimations prudentes, il y a en Allemagne environ 300 000 aliénés dans les asiles. Calculez combien coûtent annuellement ces 300 000 aliénés. Combien de prêts aux jeunes ménages à 1000 marks pourrait-on faire si cet argent pouvait être économisé ?"

(source: http://tpepropagande.zeblog.com/)

Pour ceux qui seraient intéressés par ce thème (les enfant face à la propagande), qui peut être choisi pour l'oral d'Histoire des arts, voici des affiches de propagande à exploiter:

1- le régime stalinien et les enfants:

staline1

staline2

staline3

staline4

2- le régime nazi et les enfants:

hitler1

hitler2

hitler3

hitler4

hitler5

Liens vers les sites où ces images ont été empruntées: http://edwige.roland.pagesperso-orange.fr/troisieme/URSS/enfants.jpg http://propagandestalinienne.p.r.pic.centerblog.net/ej3mg6n4.jpg http://edwige.roland.pagesperso-orange.fr/troisieme/URSS/enfants2.jpg http://higeoc3.over-blog.com/article-13062055-6.html

http://higeoc3.over-blog.com/article-13062055-6.html http://data-allocine.blogomaniac.fr/mdata/5/9/5/Z20071129162521933496595/img/1233301252_affiche-jeunesse-hitl--rienne.jpg http://dutron.files.wordpress.com/2009/03/affiche-jeunesse-hitlerienne.jpg http://4.bp.blogspot.com/_4i1DLYvJoeQ/SUGNnCeA9qI/AAAAAAAACjQ/hrahn_7XfcY/s400/propagande-nazi1938.jpg http://2f.img.v4.skyrock.net/2f0/laguerre-1939-1945/pics/2905700791_small_1.jpg

Léonard de Vinci

25janvier
Léonard de Vinci 1

Léonard de Vinci

Il est né à Vinci (Italie) le 15 avril 1452.

Il est mort le 2 mai 1519 au Clos Lucé à Amboise (France).

Les différents métiers de Léonard de Vinci sont :

- peintre

- artiste

- sculpteur

- scientifique

- philosophe

- ingénieur

- écrivain

Le tableau de « La Joconde » est son œuvre la plus célèbre.

Léonard de Vinci 1

L'ingénieur très en avance sur son temps.

Léonard de Vinci 2

L'Exposition Universelle de 1937

22janvier
expo universelle 1937

En 2010, l'Exposition Universelle s'est déroulée à Shanghai (Chine) sur le thème: "Une meilleure ville, une meilleure vie". Les pays participants ont pu bâtir, sur le site de l'Exposition, des bâtiments ouverts aux visiteurs et exposer leur savoir-faire pour construire des bâtiments écologiques...

Une Exposition universelle a « un but principal d'enseignement pour le public, faisant l'inventaire des moyens dont dispose l'homme pour satisfaire les besoins d'une civilisation et faisant ressortir dans une ou plusieurs branches de l'activité humaine les progrès réalisés ou les perspectives d'avenir » (définition tirée de l'article 1 de la Convention de 1928 rédigée par le Bureau international des expositions, organisateur des Expositions Universelles).

En 1937, c'est la ville de Paris qui organise une Exposition Universelle sur le thème: "Arts et Techniques dans la vie moderne". Tous les pays qui le souhaitaient ont pu participer à la manifestation et créer des pavillons. Ci-dessous: le site central de l'Exposition sur le Trocadéro, face à la Tour Eiffel.

expo universelle 1937

La photographie présente les deux principaux pavillons qui ont constitué les deux principales "attractions" de l'évenement: à gauche, le pavillon nazi du IIIème Reich et, à droite, le pavillon soviétique.

Ces deux régimes totalitaires ont profité de l'Exposition pour faire de la "propagande extérieure" à destination des populations européennes. Ainsi, en mettant leur pays en valeur et en affichant les piliers de leur politique, Hitler et Staline espèrent donner une bonne image de leur pays !

pavillon nazi

L'Allemagne nazie présente l'une des colonnes les plus élevées de l'Exposition. Ce monument est surmonté d'un aigle qui fait référence au IIIème Reich hitlérien. Rappelons que l'aigle du Reich (en allemand: Reichsadler) est le symbole du IIIème Reich nazi, symbolisant la puissance, la force et le bonheur. Il est, avec la croix gammée ou encore la Croix de fer, l'un des symboles les plus souvent utilisés par le régime nazi dans ses documents de propagande.

Quant à l'URSS stalinienne, elle propose un monument dit "de l'ouvrier et de la kolkhozienne": côte à côte, deux personnages symbolisent les deux piliers de la politique économique stalinienne. D'un côté, l'homme, marteau à la main, représente les usines et la politique de développement de l'armement. De l'autre, une femme, faucille à la main, symbolise les travaux agricoles dans les fermes collectives (appelées kolkhozes). Ainsi, les deux symboles du régime (la faucille et le marteau), présents sur la drapeau de l'URSS, sont présents...

Pour en savoir plus: allez lire une page Internet consacrée au monument soviétique de l'Expo Universelle de 1937 en cliquant ICI.

Les deux types de propagande (1/2)

21janvier
Affiche des JO de Berlin

Pour prouver qu'un régime est totalitaire, il faut démontrer qu'il utilise des moyens (à définir) pour contrôler la totalité de la société. Parmi ces moyens, il peut y avoir:

  • la censure qui consiste à limiter la diffusion, par les citoyens, d'informations vraies que le régime ne souhaite pas voir diffusées;
  • et, surtout, la propagande : il s'agit, au contraire, de diffuser de fausses informations pour orienter la pensée des citoyens dans le sens voulu par le régime.

Souvent, la propagande prend la forme d'affiches qui mettent en scène le dictateur dans une situation qui le met en valeur et qui véhicule de bons sentiments (patriotisme, protecteur des enfants, bienfaiteur des pauvres ou des travailleurs...).

Prenons l'exemple du nazisme et des Jeux Olympiques de Berlin qui se sont déroulés en 1936. Précisons que le Comité olympique a choisi la capitale allemande avant l'arrivée au pouvoir d'Hitler: ce dernier profite alors de l'événement pour mener sa propagande.

Nous pouvons identifier deux types de propagande:

  • celle qui est destinée aux pays étrangers (voir le deuxième article en cliquant ICI);
  • celle qui est destinée à la population allemande elle-même.

Pour comprendre le but de cette "propagande intérieure", observons l'affiche officielle de ces JO: Affiche des JO de Berlin

On remarque d'abord que la langue utilisée est l'anglais, l'une des langues officielles de l'olympisme. L'affiche comporte trois parties:

  • au premier plan, on observe un monument composé d'un char tiré par quatre chevaux: il s'agit de la statue qui surplombe la Porte de Brandebourg, le monument incontournable de Berlin (l'équivalent de la Tour Eiffel pour Paris);
  • au second plan, un homme torse nu, de couleur dorée, le bras levé, portant une couronne de lauriers, symbole l'homme idéal du nazisme (le fameux "Aryen", grand, blond, aux yeux bleus);
  • au dernier plan, les cinq anneaux olympiques rappellent la nature de l'événement.

On constate donc que cette affiche fait appel au patriotisme des destinataires (le peuple allemand) en reprenant quelques thèmes du régime nazi.

Méthode: pour analyser un document comme celui-ci, il faut donc décrire chaque plan et chercher à comprendre le sens caché des symboles.

Les deux types de propagande (2/2)

21janvier

Après la propagande intérieure, destinée aux populations du pays concerné, examinons ce que l'on pourrait appeler la "propagande extérieure". Celle-là consiste à diffuser de fausses informations auprès des pays étrangers: ainsi, un régime peut utiliser certains événements pour tenter de prouver au reste du monde que sa politique n'est ni autoritaire, ni raciste...

En conservant l'exemple des Jeux Olympiques de Berlin, on peut considérer que cet événement a été un moment de propagande à destination du reste du monde. En effet, lors des Olympiades, des athlètes, des spectateurs et parfois des hommes politiques, venus de tous les continents, se rendent dans le pays organisateur. Ainsi, en 1936, des représentants américains, français ou d'autres pays européens se rencontraient à Berlin...

Observez l'extrait suivant, tiré du film "Olympia": Hitler avait recruté une femme (Leni Riefenstahl) pour filmer les performances des athlètes et les temps forts des JO pour en faire un long métrage. Largement diffusé dans les salles de cinéma allemandes, il a servi de propagande intérieure mais les scènes qu'il contient témoignent d'une propagande à destination des Etats étrangers.

Pour visionner l'extrait, vous devez le télécharger: pour cela, faites un clic droit puis choisissez "Enregistrer la cible sous...". La vidéo est ICI. Le fichier pèse un peu plus de 4Mo.

Cet extrait montre l'un des moments de la Cérémonie d'ouverture, au cours de laquelle le chef de l'Etat organisateur déclare l'événement ouvert. Ici, Hitler fait cette courte déclaration avant que les organisateurs ne procèdent à un lâcher de colombes. Cet oiseau, symbole de paix, est utilisé comme message: le régime nazi semble vouloir démontrer aux Etats européens qu'il est pacifiste, et qu'il ne prépare en rien une nouvelle guerre contre la France...

Chacun de vous sait qu'il n'en est rien et que, depuis son arrivée en pouvoir, en janvier 1933, Hitler mène une politique dont le seul but est de préparer un conflit armé pour venger la défaite de 1918 !

Pour en voir plus, allez visionner une vidéo plus longue (comprenant le défilé des délégations sportives étrangères): cliquez ICI.

La voix dans tous ses états

16janvier

Nous avons étudié en classe diverses manières d'utiliser sa voix.

  • Parmi elles, il y a les voix lyriques dans l'opéra. Un opéra est une pièce de théâtre chantée. On y trouve donc : des chanteurs (solistes, choeurs), un orchestre qui accompagne, la mise en scène, des décors.

En cours nous avons vu un extrait de "Carmen", de Georges Bizet : il s'agit de "L'Air du toréador". Cliquer ici

Un autre air très célèbre est celui de Carmen, "L'amour est un oiseau rebelle". Cliquer ici

Le mot "opéra" désigne à la fois le style musical et le bâtiment dans lequel on joue des opéras.

Un exemple : l'Opéra Garnier, à Paris.

La façade extérieure

La salle avec les balcons

  • On peut utiliser sa voix différemment, comme si c'était un instrument, ce que fait le chanteur Bobby McFerrin. Circlesong n°6

Si vous voulez écouter d'autres musiques de Bobby McFerrin....

- "Don't worry, be happy" (1988) est une chanson faite entièrement a cappella. Cliquer ici

- Un solo en concert.

- Improvisations avec le public

conscience niveau 4°

15janvier

l'article portera sur les collages à message politiques des 20° et 21°.

Publicité et propagande: même stratégies de communication.

12janvier
Publicite_BMW.JPG

Cours donné aux 4èmes:

La publicité: est une forme de communication, dont le but est de fixer l’attention d’une cible visée ( consommateur, usager, utilisateur, électeur …) pour l’inciter à adopter un comportement souhaité : achat d’un produit, élection d’une personnalité publique, incitation à l’économie d’énergie…

L’image de propagande: image utilisée par un pouvoir politique ou militaire pour influencer un public visé. Elle utilise les mêmes stratégies de communication que la publicité. C'est à dire: - le cadrage (le gros plan)

                  - le point de vue ( plongé et contre plongé)
                  - la couleur
                  - la typographie.

Publicite_BMW.JPGLautrec_moulin_rouge__la_goulue__poster__1891.jpgartwork_images_167121_413435_alphonse-mucha.jpgartwork_images_167121_413435_alphonse-mucha.jpgemma_propagande.jpgchine-poster-de-propagande_1220197386.jpgchine-poster-de-propagande_1220197386.jpg

Le Fantastique au cinéma : La figure de Dracula

10janvier

Les quatrièmes ont comparé quatre affiches représentant le personnage de Dracula de différentes façons. Il s'agissait d'analyser l'outil de communication qu'est l'affiche de cinéma, et de comprendre que l'exploitation d'un même thème peut se faire différemment en fonction de l'effet recherché.