L'Histoire Géo au lycée Vinci

jeudi, novembre 10 2011

Un "autre monde" est-il possible ?

Après le travail de recherche sur la contestation de la mondialisation, voici 3 billets différents qui peuvent faire office de correction :

répression des manifestations altermondialistes à Seattle en 1999 (photographie de djbones)

A. La naissance de la contestation

billet de O. Akouh sur le site Vinci le citoyen

B. Ce qui est contesté

billet de S. Bachy sur le site Vinci le citoyen

C. Les résultats

billet de S. Chergui sur le site Vinci le citoyen

mardi, novembre 8 2011

Symbole des États-Unis et théories du complot

En cours, nous avons étudié le modèle américain en s'appuyant sur un billet d'un dollar. Sur ce billet, nous trouvons ce symbole :

Il s'agit du Grand sceau des États-Unis d'Amérique

Analyse de l'image

Ce symbole permet d'authentifier les documents officiels à partir de 1782. Il représente une pyramide inachevée, haute de 13 paliers. Cela renvoie aux 13 colonies qui se sont déclarées indépendantes en 1776 (année inscrite à la base de la pyramide) et qui forment un État en construction (d'où l'aspect inachevé).
Cette pyramide est surmontée de l'Oeil de la Providence, représentation courante d'un Être Suprême à partir du XVIIe siècle.
La phrase "Annuit Coeptis" signifie que les choses commencées sont approuvées. Ainsi, la Providence approuve ce qui a été commencé (la construction de cette pyramide et donc des États-Unis).
La phrase "Novus ordo Seclorum" indique que l'Amérique est entrée dans un "nouvel ordre du temps".
On voit par là que, dès la création des États-Unis, le sentiment d'être un peuple à la fois élu de Dieu et pionnier s'exprime assez clairement.

Les Illuminati et les théories du complot

Des théoriciens du complot ont utilisé ce symbole états-unien comme une preuve que le premier gouvernement des États-Unis serait noyauté par les membres d'une société secrète originaire de Bavière, les Illuminati.
Les Illuminati ont certes existé : il s'agit d'une société savante créée en Bavière en 1774 pour critiquer l'autoritarisme catholique bavarois. Mais elle a été dissoute en 1785.
Le premier à lancer une telle théorie est John Robinson dans le livre Proof of a conspiracy en 1797. Cela montre bien que l'idée d'une révolte d'une population pour établir un régime démocratique est difficilement compréhensible pour Robinson, sujet du Roi d'Angleterre de  la fin du XVIIIe siècle. Il interprète de la même manière la Révolution française.

Cependant, cette théorie du complot va être régulièrement reprise depuis la fin du XVIIIe siècle. L'exemple le plus connu est celui du romancier à succès Dan Brown dans Anges et Démons. Ce dernier fait de la petite société savante des Illuminati une gigantesque société secrète dont serait membre par exemple Galilée (alors qu'il est mort en 1642, bien avant la naissance de la société des Illuminati...). Dans le roman, les Illuminati voudraient venger Galilée en rasant le Vatican avec une arme de destruction massive, rien que ça !!!

Mais alors quel lien entre le sceau des États-Unis et les théories du complot des Illuminati ?

Le grand sceau serait une sorte de symbole des Illuminati qui montreraient par là qu'en réalité ils dominent les États-Unis (pas très logique cependant pour une organisation secrète d'afficher au grand jour sa puissance, mais passons).
La pyramide surmontée de l'oeil représenterait une élite savante qui dominerait une base aveugle faite de briques identiques. La mention "Novus Ordo Seclorum" signifierait "Nouvel ordre mondial" et non plus "nouvel ordre des temps", alors que "Annuit Coeptis" voudrait en fait dire "Notre projet sera couronné de succès"
.
Si la ficelle est grosse pour faire de cette seule interprétation la preuve d'une conspiration, elle demeure un bon filon pour les auteurs de films, thrillers et autres jeux vidéos. Il est ainsi question des Illuminati dans :
  • Matrix (film)
  • Tomb Raider (film)
  • SOS fantômes (film)
  • Resident Evil 4 (jeu)
  • Les Archanes du Chaos (livre)
  • Anges et Démons (livre et film)...
bref, un complot assez juteux...




jeudi, octobre 20 2011

36 700 communes : un attachement français

Corrigé du travail fait en groupe en vue d'un exposé oral. Ce corrigé fait pleinement partie du cours.

I. 36 700 communes : une spécificité française

1. Des communes anciennes et nombreuses

Communes créées au moment de la Révolution française.

  • Après débat, choix fait de garder des communes de petite taille et donc nombreuses.

  • Communes qui reprennent découpage en paroisses qui date du Moyen-Âge

France est le pays européen ayant le plus grand nombre de communes

  • près de 36 700 communes alors que les autres grands pays européens sont autour de 10 000 communes

  • 40 % des communes européennes sont françaises

  • Communes plus nombreuses au nord et à l'est de la France

2. Des communes majoritairement rurales

Si les communes sont si nombreuses, c'est qu'elle sont souvent petites et rurales

  • 13,5 % des communes seulement ont plus de 2 000 habitants (statut de villes)

  • et près de ¾ des communes ont moins de 1000 hts

  • aspect traditionnel de la commune est le village (doc. 7) qui fait partie de l'image touristique de la France

3. L'échec du projet de fusion des communes

Loi de 1971 pour combattre émiettement communal

  • mais échec car attachement de la population à leur commune

  • 1281 fusions seulement et nombreuses « défusions »

Le grand nombre de communes en France est un héritage de l'histoire et du caractère rural de cette France du passé. Comme les Français sont attachés à leur commune, il n'est pas envisageable de diminuer le nombre de communes, la seule solution est alors l'intercommunalité.

II. Un échelon territorial et politique proche des citoyens

Les communes sont le premier territoire sur lequel les citoyens peuvent agir, défendre leurs idées et participer. C'est un niveau-clé de l'exercice de la citoyenneté

1. Participer à la vie de la commune

Par le vote = élections municipales

  • scrutins différents en fonction de la taille de la ville

  • règles pour favoriser diversité :

  • parité des listes pour les communes de plus de 3500 habitants

  • représentation à la proportionnelle qui permet la présence d'une opposition

Par la participation à des conseils de quartiers dans les grandes villes :

  • regroupe des habitants volontaires ou tirés au sort

  • font des propositions en ce qui concerne le cadre de vie et gestion de l'espace public

  • peuvent travailler sur des thèmes spécifiques

2. Le rôle du maire

Rôle « moteur » dans la gestion de la commune

  • a un rôle d'initiative, de proposition

  • ex. propose le budget de la commune

  • représente la commune, image de celle-ci

Un représentant de l'État :

  • premier échelon du pouvoir étatique

  • assure maintien de l'ordre public

Un pouvoir exécutif

  • exécuté les décisions votées en Conseil municipal

  • nomme et affecte fonctionnaires de la commune

3. Des actions concernant le quotidien des citoyens

Compétences des communes plus larges que celles des départements et régions. Tous les pans de la vie des citoyens sont concernés :

  • cadre de vie par aménagement urbain

  • culture, animation de la ville, festivités

  • écoles et actions pour la jeunesse

  • sport

  • social et santé...


La commune est le niveau auquel il est le plus facile pour les citoyens de faire des propositions voire de s'engager pour avoir des responsabilités politiques.

III. Le morcellement géographique, un frein à l'action des communes

On a vu que la majorité des communes sont de très petites tailles et pourtant les compétences des communes sont très larges, d'où la difficulté parfois de mener à bien des politique cohérentes

1. Les difficultés des petites communes

Une tâche exigeante

  • temps hebdomadaire moyen de 25 heures

  • tâche parfois pénible : ex. se trouver au milieu d'une dispute

  • tâche mal rémunérée (600 euros), d'où la nécessité de garder son emploi

  • difficultés pour trouver des candidats pour les petites communes. Beaucoup de retraités élus maires.

Le manque de moyens

  • tâche exigeante car absence de fonctionnaires dans les petites communes : c'est le maire qui doit tout faire

  • communes doivent faire face à des obligations très coûteuses alors qu'elles ont peu de moyens : ex. entretenir une route, une église ou le ramassage des ordures.

2. L'intérêt de l'intercommunalité

Actions des intercommunalités

  • compétences obligatoires : aménagement de l'espace et développement économique

  • beaucoup d'intercommunalités ont également choisi logement-habitat et ordures ménagères

  • en effet compétences qui demandent des moyens, d'où la nécessité de se rassembler pour pour pouvoir payer ces investissements

Ex. de communauté de communes de Pays de Lunel en Camargue

  • construction d'une médiathèque commune

  • Mise en place d'un centre intercommunal d'action sociale

Les petites communes souffrent du manque de moyens et peuvent difficilement faire face à leurs obligations. C'est en se regroupant, dans le cadre d'intercommunalité, qu'elles peuvent espérer participer à l'aménagement du territoire

Source des images

  • carte du nombre de communes par département extraite du site wikipedia
  • photo d'une des plus petites mairies de France, près de Cucugnan, prise par Fred de Mai



mardi, octobre 18 2011

Croquis : des Nords et des Suds

Corrigé du sujet donné à la maison :

Vous pouvez également télécharger le croquis :

mercredi, octobre 5 2011

Croquis : L'espace mondialisé, centres d'impulsion et flux

Voici le croquis qu'on a fait en classe, en conclusion des chapitres sur la mondialisation :

Vous pouvez également télécharger le croquis :

Ou bien le voir sous forme d'animation flash

lundi, septembre 26 2011

Le développement du précariat et le temps partiel subi

En cours, nous avons vu qu'à partir de la deuxième moitié des années 1980, on passe d'une économie de la stagflation et à une économie mondialisée et précarisée. Ce précariat prend par exemple la forme du temps partiel subi. Le site, très utile pour les SES, L'Observatoire des inégalités dans un article sur le sujet donne un graphique qui indique bien cet essor du temps partiel subi à partir du début des années 1990 :

Si un actif sur 5 travaille à temps partiel, un quart de ceux à temps partiel déclare vouloir travailler davantage. D'autres estiment ne pas pouvoir travailler plus pour des raisons familiales ou pour des problèmes de garde d'enfants. Le temps partiel subi concernerait ainsi 1,25 millions de personnes, et plus particulièrement les femmes. Parmi ces femmes, on retrouve la surreprésentation, hélas classique, des jeunes et des non-diplômées.

Comme quoi, avoir un diplôme continue d'être une forme de protection face à  cette précarité.

mardi, septembre 13 2011

Division Internationale du Travail

En cours, nous avons parlé de la Division Internationale du Travail (DIT), c'est-à-dire du fait que les différentes étapes de la production sont réparties à travers le monde.

Un jean's qui voyage

Un parfait exemple de la mondialisation est donné par le jean's. D'abord, parce que c'est un produit qui a été popularisé par les stars américaines avant de se répandre à travers la planète. Mais aussi parce que sa production est mondialisée : il parcourrait une distance équivalent à 1,5 fois la planète avant de se trouver dans les magasins (en fait, c'est la somme des distances parcourues par les différents composants du jean's).

En effet, un produit apparemment simple comme le jean's compte en fait 18 composants provenant de 3 continents différents (Afrique, Asie, Europe) avant d'être vendu en Europe, comme le montre l'organigramme réalisé par un professeur d'histoire-géographie de l'Académie de Limoges.

Un reportage de France 3 reprenait le même exemple (qui vient en fait du journal britannique The Guardian) :


Tunisie - Le tour du monde d'un Jeans par toonsi_

La division internationale du travail chez Ikea

On retrouve la même logique et le même type de carte concernant la fabrication d'un lit par l'entreprise suédoise Ikea : les pièces viennent d'Europe, de Russie, d'Afrique et d'Asie. L'assemblage se fait en Chine :

D'autres exemples de carte de la DIT sont disponibles sur SourceMap (par exemple celle d'un I-Phone)

Les usines Nike, pied gauche, pied droit et les rumeurs

En classe, il a été question du fait que Nike produirait dans des usines séparées les chaussures pour les pieds gauches et  celles pour les pieds droits afin d'éviter les vols.
En fait, c'est FAUX !
Cela fait partie d'une des très nombreuses rumeurs qui circulent sur Internet. Comment les débusquer ? En cas de doutes, allez sur l'excellent site hoaxbuster et vous serez renseignés.

vendredi, juin 17 2011

Commentaires sur l'épreuve d'histoire-géo, bac S 2011

Des sujets très classiques cette année, pas de véritables pièges. Avec une bonne connaissance du cours, il y avait moyen de rendre une bonne copie.

Histoire en sujet majeur

Sujet 1 - Composition : Economie, société et culture en France, depuis la fin des années 1950

Un sujet très classique puisqu'il correspond à l'intitulé du chapitre. Le plan ne pose pas de problème, le plan du cours, de type thématique, convient. Il ne fallait pas oublier de problématiser et d'annoncer un plan aux titres précis (il ne faut pas se contenter de dire "dans une première partie, nous verrons les évolutions économiques, puis dans une seconde les transformations sociales et enfin les évolutions culturelles").

Sujet 2 - Composition : La colonisation européenne et le système colonial, du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle

Là encore, un sujet classique qui correspond aux titres des chapitres. Sujet d'autant plus classique que vous l'aviez eu lors du devoir type bac, le 4 mai 2011.

La difficulté réside dans le fait que la question est plus vaste que pour le sujet 1. Il faut arriver à définir les principales caractéristiques de la colonisation, s'appuyer sur des exemples précis sans tout dire. Les idées peuvent alors s'organiser en un plan en 3 parties qui étudient:

  • la mise en place de cette colonisation européenne avec la formation des empires
  • le système colonial dans ses aspects politiques et économiques, voire culturels (l'imaginaire colonial)
  • ne pas oublier non plus de traiter des résistances à la colonisation

Sujet 3 - Etude d'un ensemble documentaire : Comment se termine la guerre froide ?

C'est le sujet qui, comme d'habitude, a été le plus souvent choisi et qui était pourtant le plus difficile pour plusieurs raisons :

  • tout d'abord c'est une étude d'ensemble documentaire et comme dans toute étude de ce type, il faut trouver le subtil équilibre entre connaissances du cours et informations issues des documents
  • les questions nécessitaient des connaissances précises sur la période
  • les textes n'étaient pas toujours faciles à comprendre :  le document 3 avait été partiellement vu dans une étude d'ensemble documentaire (bac blanc de janvier 2011) et cela n'avait pas été une grande réussite. Quant au document 5, je ne suis pas sûr que tout le monde ait compris le sens de l'expression "le carcan du système administratif de commande", ni que tout le monde sache à quoi Gorbatchev fait référence quand il parle de "l'Etat multinational", "du nouvel Accord de l'Union", "opposition croissante des forces du passé moribond et réactionnaire"

Partie 1

Question 1 :

La question consistait à relever des informations mais on ne pouvait identifier ce qu'il fallait relever que si le cours sur la guerre froide était connu. Cette question était très proche de celle vous aviez eu au bac blanc de janvier 2011. Les caractéristiques ici visibles sont :

  • une guerre froide qui prend la forme d'un affrontement idéologique (doc. 3, l. 3) dans lequel deux modèles de société s'affrontent (doc. 3, l. 15-17)
  • cet affrontement idéologique nourrit une course aux armements (l. 10-11, doc. 5)
  • Cette course crée un risque d'affrontement nucléaire (l. 1-3, doc. 3) comme à Cuba.
Question 2 :

La question consistait ici à relever les informations mais aussi à expliquer les événements en question pour montrer qu'il s'agissait bien d'un tournant. L'apport de connaissances était ici encore essentiel. Ce qu'on appelle un tournant dans la guerre froide est en fait une rupture dans les relations entre les deux Grands.

Le document 2 est un extrait de l'accord de Washington signé par l'URSS et les Etats-Unis. C'est un tournant dans la guerre froide car, pour la première fois, les deux Grands s'engagent à détruire leurs missiles et (l. 5-6) et décident de mettre sur pied des inspections pour vérifier la réalité de ces destructions (l. 14-15). Jusqu'à présent, ils s'étaient seulement engagés à limiter l'armement, comme avec les accords SALT. Cela n'avait pas empêché la reprise de la course aux armement dans les années 1980 avec la guerre fraîche.

Le document 4 fait, quant à lui, référence à la Chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989. Comme le dessine Plantu, c'est en effet la population de RDA qui est à l'origine de cet événement par ses manifestations. La destruction de la Chute du Mur est ici symbolisée par une pelleteuse. C'est un tournant car cet événement marquait la fin du Rideau de Fer, l'Europe de l'Est s'ouvrait désormais à l'Ouest : c'est donc la fin de la guerre froide.

Question 3 :

Le relevé d'informations demandé ici doit être organisé : on classe ces informations par catégories et non en fonction des documents.

  • Les raisons économiques. L'économie de l'URSS se trouve en effet en retard par rapport à celle des Etats-Unis alors qu'elle doit supporter des dépenses militaires équivalentes (doc. 1). Gorbatchev fait alors le constat que la guerre froide est un frein économique (l. 4-5, doc. 5). D'autre part, la société et l'économie soviétiques sont bloquées du fait de la centralisation et de la planification de l'économie (doc. 5, l. 3-4). Le système administratif de commande fait référence à cet Etat qui dirige intégralement l'économie.
  • Les raisons stratégiques. Gorbatchev a également fait le constat que la guerre nucléaire est insensée (doc. 3). Il est alors nécessaire selon lui de trouver un terrain d'entente et de reconnaître la liberté de chaque nation de choisir son modèle de société (doc. 3, l. 10-11). C'est la fin de l'ingérence de l'URSS dans les pays satellites d'Europe de l'Est.
Question 4 :

La question ne porte pas directement sur la nouvelle politique de Gorbatchev, ce n'est pas le moment ici de décrire la Perestroïka ou pire, de faire de la paraphrase. Il faut montrer comment cette politique a eu une influence sur les pays d'Europe de l'Est.

Dès 1987, Gorbatchev estime que l'URSS ne doit plus intervenir dans les pays de l'Est, chacun étant libre de choisir son modèle (doc. 3, l. 10-11). C'est ce qu'il rappelle en 1991 (doc. 5, l. 12-14). Les peuples sont désormais libres (doc. 5, l. 20-21).

Par conséquent, la population se soulève dans les pays d'Europe de l'Est comme en Pologne ou en RDA. Elle réclame cette liberté et obtient l'organisation d'élections libres. Et conformément à son discours de 1987, Gorbatchev décide de ne pas faire intervenir l'Armée Rouge. Cela est symbolisé par l'attitude des militaires russes dans le dessin de Plantu (doc. 4) : ils sont surpris sur leur mirador mais n'utilisent pas leur fusil.

Partie 2 :

L'énoncé et la connaissance du cours conduisaient à étudier 3 éléments pour répondre à la problématique "comment se termine la guerre froide ?" :

  • les changements majeurs en URSS qui ont ouvert la voie à la liberté
  • les raisons de ces changements
  • les conséquences de ces changements en Europe de l'Est et en URSS

Ce qui est attendu dans la réponse organisée :

  • En introduction, on pouvait rappeler le contexte de guerre fraîche des années 1980 et le tournant que constitue l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir en URSS en 1985.
  • Dans la première partie, il faut expliquer ce qu'est la Perestroïka mais aussi évoquer les changements dans les relations avec les Etats-Unis (fin de la guerre en Afghanistan).
  • Dans la seconde partie, on pouvait évoquer les crises du modèle économique avec les pénuries que connait la population mais aussi la demande par la population d'une plus grande liberté et de plus de justice.
  • Dans une dernière partie, on pouvait parler du processus de sortie des Etats d'Europe de l'Est du communisme avec l'organisation d'élections libres, l'ouverture des frontières en 1989, puis la réunification de l'Allemagne en 1990. Il fallait finir par évoquer l'effondrement de l'URSS en 1991.

Géographie en sujet mineur :

Les croquis étaient classiques, ils reprenaient l'intitulé de ceux faits en classe.

Les règles cartographiques devaient être respectées : nomenclature, lisibilité de l'ensemble, cohérence légende / croquis, organisation de la légende, choix des couleurs.

Il ne fallait pas être surpris par le nombre très limité de points pour la mégalopole japonaise. On pouvait toujours rajouter des points pour localiser d'autres villes. De toutes les manières les 3 aires urbaines essentielles étaient localisées.

 

- page 2 de 33 -